Actualités CPME Isère : Retour sur le mois de mars 2021

EAF – L’histoire de la représentativité des femmes dans les sphères publiques

Tel était le thème choisi par Stéphanie ROYER, animatrice de la Commission EAF – Entrepreneuriat au Féminin – en ce mois de mars.

Anne-Sarah BOUGLÉ-MOALIC, historienne, chercheure associée auprès de l’Université de Caen et spécialiste de la question du vote des femmes en France, est intervenue au sein de la commission et a permis, de par ses connaissances, d’alimenter des échanges très enrichissants.
Même si la possibilité de se réunir en présentiel reste pour l’heure impossible, chacune des participantes a apprécié de pouvoir se retrouver en visioconférence.

Vous trouverez ci-après le résumé très complet de cette visioconférence rédigé par Stéphanie ROYER

 

Aujourd’hui, nous avons repris notre montgolfière EAF pour survoler les terres de notre histoire de femmes dans les sphères publiques, avec Anne-Sarah Bouglé-Moalic comme passionnant guide de voyage.

Un voyage riche à travers une histoire qui nous impacte toutes aujourd’hui, et spécialement à la CPME toujours très impliquée dans la parité pour porter des mandats aux Prud’hommes, au Tribunal de Commerce, dans les Chambres de Commerce et d’Industrie, dans les IUT et autres centre de formation, pour n’en citer que quelques-uns.Comme le dit Anne-Sarah, c’est une histoire longue, un « il était une fois », un « de tout temps » qui constitue une partie de notre héritage parfois très lourd à porter et à faire bouger.

Voilà l’histoire que j’ai envie de vous restituer :

C’est le 19e siècle qui a vu se renforcer la séparation des sphères femmes/hommes : aux hommes la force et l’action, aux femmes le soin et la douceur !

Ces qualités « naturelles » vont définir les rôles et les activités des unes et des autres dans la société. Le fondement biologique est renforcé par la construction politique. La femme étant très active dans la sphère privée, selon les hommes de cette époque, et influente auprès de son mari, pourquoi lui donner plus de pouvoir en l’autorisant à voter.

Le mari reste le pivot de la société avec son salaire pour entretenir la famille. On parle de puissance maritale et puissance paternelle.Il faudra attendre la réforme du régime matrimonial (1965) et la réforme de l’autorité parentale (1970) et tous les combats associés pour voir cette représentation évoluer. Le salaire des femmes, quand il existe reste un salaire d’appoint.

On imprime cette inégalité dans les structures mêmes :

En 1946 par exemple, on pouvait embaucher une femme et la payer 25% moins cher, et dans les entreprises, les femmes n’ont pas le droit de travailler de nuit jusqu’en 98 (considérées comme plus fragiles et qui va garder les enfants ?).Certes, nous avons les mêmes droits dans les textes… mais les choses changent très doucement.

Ce sont les quotas et la discrimination positive qui représentent un coup de pouce nécessaire pour passer un cap : « Sans loi sur la parité, pas plus de femmes en 1993 qu’en 1946 » à l’Assemblée nationale soit 6% de femmes parmi l’ensemble des députés.

On arrive aujourd’hui à frôler parfois le chiffre de la mixité (40%/60%) :
– Sénat : 32% (5,9% en 98)
– Assemblée Nationale : 38,7% (8% en 2002)

Nous en sommes loin dans les présidences de région, (moins de 10%) les mairies (20%) et les intercommunalités (10,6%) dans lesquelles ont n’atteint pas le seuil minimum considéré pour se faire entendre et avoir une influence.

Dans les entreprises, les Conseils d’Administration sont constitués à 45% de femmes dans les entreprises de plus de 500 salariés en 2018, grâce à obligation légale (elles étaient 8,5% en 2007 et 14,8% en 2011).

Si on regarde SBF120 ( CAC40 + 80 entreprises) : Il n’y a que 17,9% de femmes dans les Comex et les directions de ces grandes organisations.
Pour finir, dans les médias en 2018, seules 18% des intervenants sont des expertes dans les émissions avec un temps de parole d’1,35 minutes. Les hommes ont un temps de parole de 25 minutes !

La discrimination positive est un moyen d’augmenter la parité dans les sphères publiques mais elle ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt.
Beaucoup de freins et de questionnements sont présents.

2 exemples abordés dans notre voyage au pays des sphères publiques :

Comment élargir ce vivier des femmes qui ont des responsabilités et qui ont envie de s’engager … Nous prenons mal en compte l’égalité hommes/femmes à tous les étages de l’entreprise (Les femmes restent peu présentes dans les sphères de pouvoir).

Le plafond de verre n’est pas une vue de l’esprit.

La répartition des tâches à la maison est toujours très inégale.

Certaines femmes ne sont pas prêtes à ouvrir le chemin à d’autres femmes, (or, le portage politique est essentiel)

Le regard des femmes sur elles-mêmes qui ont du mal à envisager que nous avons toutes et tous une compétence pour gérer l’action publique en tant que citoyen, citoyenne. (Les élus ont un système administratif de femmes et d’hommes qui ont les compétences pour mettre en place concrètement les orientations choisies).

Elles manquent de confiance dans leurs compétences et ne se sentent souvent pas légitimes.

Notre vocabulaire est pauvre en matière de féminisation des noms de métier…

Nous terminons ce voyage dans notre montgolfière, atterrissant sur ce vaste paysage avec chacune, la volonté de le faire évoluer, d’apporter notre pierre, notre action « colibri » à la suite de toutes ces femmes qui se sont engagées pour un espace plus diversifié, constitué de points de vue multiples qui amènent des débats riches et constructifs.

Merci à vous toutes, présentes ou pas dans cette montgolfière lundi pour vos actions !

Pour aller plus loin :

Anne-Sarah Bouglé-Moalic
https://expertes.fr/expertes/71930-anne-sarah-bougl%C3%A9+moalic
Son livre : Le vote des françaises : 100 ans de débats 1848 – 1944. Editions du Cerf

Une série : Mrs America : États-Unis, années 1970. Avocate et mère au foyer modèle de six enfants, Phyllis Schlafly est également une activiste conservatrice. Lorsqu’elle prend la tête du mouvement pour empêcher la ratification de l’amendement qui vise à garantir l’égalité des droits entre les sexes, elle déchaîne la colère des féministes, emmenées par leurs leaders, Gloria Steinem et Betty Friedan.

France Culture
Des pionnières à aujourd’hui, petits succès et grandes misères (ou vice versa) du genre en politique
https://www.franceculture.fr/politique/des-pionnieres-aujourdhui-petits-succes-et-grandes-miseres-ou-vice-versa-du-genre-en

Elections Consulaires 2021 : la CPME en ordre de marche

Ainsi que François Asselin l’a récemment annoncé, la CPME s’engage résolument dans le processus des élections CCI, qui se dérouleront du 27 octobre au 9 novembre 2021, seulement quelques semaines à peine après les élections aux CMA – Chambres de Métiers et de l’Artisanat.

Le Président National souhaite que la CPME s’implique fortement dans ce processus de renouvellement du réseau consulaire.

C’est au travers de ses Unions Territoriales que la CPME compte mobiliser ses adhérents afin de représenter au mieux les chefs d’entreprise de TPE-PME au sein des CCI, par le biais de listes menées par la seule CPME ou, si cela est pertinent, de listes d’alliance. L’enjeu sera également d’agir afin de renforcer le taux de participation à ces futures élections.

Rappelons à ce stade que les Chambres Consulaires sont encore aujourd’hui les seules institutions au sein desquelles les chefs d’entreprise sont élus par et pour leurs pairs. Il est donc indispensable qu’ils soient représentés et qu’ils puissent s’exprimer.

Dans ce contexte, nous vous informons que la CPME Isère présentera pour les élections à la CMA une liste « Fiers d’être Artisans » aux côtés notamment de la Fédération du Bâtiment et des Travaux Publics, et s’agissant des élections aux CCI Grenoble et Nord Isère, des discussions sont en cours avec Le MEDEF.

Concernant les CCI, vous avez dû recevoir d’ores et déjà un document officiel vous indiquant votre inscription sur les listes électorales. Ce document est à retourner dûment complété par vos soins  avant le 30/04 au moyen de l’enveloppe jointe à l’envoi.

Si vous avez des questions concernant l’organisation et le déroulement de chacune de ces futures élections, n’hésitez pas à nous contacter, nous nous ferons un plaisir de vous renseigner.

Lien utile : https://www.grenoble.cci.fr/elections-consulaires-2021-de-la-cci-de-grenoble-56262.kjsp?RH=CCIG

Contact : Sylvie PELLAT-FINET, Secrétaire Générale de la CPME Isère

Expresso ACT4BUSINESS

Le 25 mars dernier s’est tenu le premier Expresso PME de l’année 2021 !

Eric RICHA, dirigeant d’ACT4Business a animé une conférence sur le thème :
« Construire une stratégie commerciale et prospecter avec le marketing digital ».

Un sujet en lien direct avec l’actualité, puisque nos habitudes ont changé et que les rencontres physiques sont réduites. Le digital doit dorénavant être au service de l’entreprise pour améliorer son cycle de vente et sa stratégie marketing.

Une trentaine d’adhérents ont ainsi participé à cet Expresso interactif et sont repartis avec des bonnes pratiques et des outils pour :

  • Construire une stratégie commerciale et faire vivre une expérience aux clients
  • Structurer leur digitalisation : Pourquoi digitaliser ? Que faire avant de digitaliser ? Avec le digital vendre est-ce facile ?

Le prochain Expresso aura lieu au mois de mai et abordera la thématique de la gestion du temps.

 Si vous êtes intéressé pour animer un Expresso PME merci de vous rapprocher de Leticia DOCAMPO :
ldocampo@cpmeisere.fr

Plus d’infos sur ACT4BUSINESS : https://www.act4business.fr/

retour
clear
retour
clear
retour
clear
retour
clear
retour
clear